Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Aug

Filière 13 : Les personnages

Publié par Pouish  - Catégories :  #Cinéma

L’univers de Patrick Huard

 

© Copyright, Alexandre Boulet, tous droits réservés, 2010

Patrick Huard

Thomas (Claude Legault) et Jean-François (Guillaume Lemay-Thivierge) représentent deux archétypes de détresse psychologique courante en milieu de travail, même si, pour les besoins de la comédie, ils sont poussés à l’extrême. La complémentarité de leur personnage amène les deux acteurs à vivre et démontrer une profonde chimie.

 

La rencontre des deux futurs complices se produit lorsque Thomas, un policier, commet une grave bévue qui le rétrograde à un poste de surveillance physique. Sa gaffe est si importante qu’elle bouleverse la vie de Jean-François, un représentant de la police et son patron (Paul Doucet). Ce dernier le réaffecte à son nouvel emploi en lui adjoignant un assistant, Jean-François. Puisqu’ils sont confinés dans un petit local, une intimité naît.

 

L’aimant de la différence

Elle se développera par la communication de leur détresse psychologique. Thomas, blasé et déprimé, souffre d’un manque de magie dans sa vie. Ses violents maux de tête, dont il ignore la cause, le tourmentent et le rendent très irritable. Son travail le pousse à contrôler toutes situations qu’il vit. Jean-François, le représentant, souffre de phobie sociale qui s’amplifie tout au long du film pour atteindre un sommet pathétique. Son métier de représentant des forces de l’ordre l’oblige à se contrôler et à vivre selon une étiquette stricte qui lui empêche toute excentricité. Cette réaffectation leur servira de thérapie.

 Claude Legault   Guillaume Lemay-Thivierge

Lors de leur travail de surveillance, Jean-François se travestit pour éviter de révéler son identité. Il découvre alors que sa phobie sociale disparaît lorsqu’il a l’opportunité de se déguiser pour devenir quelqu’un d’autre. Les instants de folie de son partenaire procurent un grand bien à Thomas et lui redonnent de l’enthousiasme. Ses bouffonneries le placent dans une situation où il ne peut pas intervenir et encore moins contrôler les actions de son instigateur.

 

Une aide inopportune

Le docteur Clermont (André Sauvé) sert de psychiatre aux trois névrosés. Son aide reste superficielle et ses thérapies sont d’une grande insignifiance. Puisqu’il échoue à régler la détresse de ses patients, il leur prescrit des antidépresseurs. Laurent Paquin, qui incarne un pharmacien, se charge de leur prescription. Dépendant des antidépresseurs depuis plusieurs années, il distribue ses médicaments en vantant leurs effets tels des drogues légales. Au lieu de contrôler leurs distributions, il les promeut.

 

Beaucoup de personnages secondaires jouent de petits rôles dans le film. Plusieurs d’entre eux semblent exister seulement pour remplir une place spécifique sans posséder une réelle histoire personnelle. Malgré certains personnages manquant de contexte, le duo Legault/Lemay-Thivierge est intense et bien orchestré.

 

Voyez la bande-annonce sous un nouveau jour.

 

 

Le film de Patrick Huard est encore à l’affiche, voir l’horaire.

Source des images : http://www.filiere13.ca/photos

Commenter cet article

À propos

Portfolio du rédacteur/ rédacteur web de Alexandre Boulet, Lieu : Montréal, Québec.