Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
01 Nov

L’histoire du cinéma québécois

Publié par Pouish  - Catégories :  #L'Histoire du cinéma québécois

Des grenouilles vainquent un aigle royal en 3D !

(Partie 1/3)

© Copyright, Alexandre Boulet, tous droits réservés, 2010

 la grande seduction5

 

 

Le cinéma grand public est né de la volonté de s’approprier notre territoire cinématographique envahi par les productions américaines. Ce désir transforma le monde du cinéma québécois qui perdit un peu de son authenticité au profit d’un auditoire d’envergure lui assurant sa pérennité.

 

Autour des années 80, les maisons de productions cinématographiques américaines propagent leurs films hollywoodiens à travers le Québec tandis que le septième art d’ici reste réservé à une élite fervente de films d’auteur. Il attire un public moindre et les cinéastes, impuissants devant le géant américain, se trouvent dans l’impossibilité de choisir des dates idéales pour la présentation de leurs créations. L’industrie du cinéma américain prend les plus profitables et les plus rentables et laisse les moins avantageuses aux autres.

seraphin_un_homme_et_son_pech.jpg 

 

Frustrés de cette situation désavantageuse, de courageux cinéastes décident de s’attaquer à Goliath. Ils se nomment, entre autres, Denys Arcand et Denise Filiatrault. Ils avancent d’audacieuses créations comme Le déclin de l’empire américain (Denys Arcand, 1986) et C’tà ton tour Laura Cadieux (Denise Filiatrault, 1998). Ces formidables films d’auteur remportent un franc succès et réussissent à rejoindre une vaste majorité de Québécois; détrônant «Hollywood» de son statut d’unique fournisseur de gain au box-office. Grâce à ces exploits, le cinéma québécois devint maître chez lui. D’autres productions comme Séraphin : Un homme et son péché (Charles Binamé, 2002) ou La grande séduction (Jean-François Pouliot, 2003) lui permirent de consolider sa position.  

 

Le cinéma grand public : ses qualités, ses défauts.

 

Voici un lien vers l'émission de Marie-France Bazzo où Rémy Girard tient des

propos similaires à mon article sur le cinéma québécois. 

 

Voici la bande annonce du film Les invasions barbares (2004), la suite de Le déclin de l'empire

américain 

 

Source : Coffret DVD cinéma Québécois

Commenter cet article

À propos

Portfolio du rédacteur/ rédacteur web de Alexandre Boulet, Lieu : Montréal, Québec.