Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Nov

L’Histoire du cinéma québécois

Publié par Pouish  - Catégories :  #L'Histoire du cinéma québécois

Une grenouille contre un aigle royal en 3D! (Partie 3/3)

 

© Copyright, Alexandre Boulet, tous droits réservés, 2010

 

Babine

 

La voie du juste milieu, une notion qui semble extraite de quelques philosophies spirituelles bouddhistes... Pour le cinéaste, viser juste signifie utiliser un savant dosage des meilleurs ingrédients du cinéma d’auteur et du cinéma grand public pour créer une prestigieuse production cinématographique capable d’attirer une vaste foule de cinéphiles. Cette vision paradisiaque du septième art est utopiste, car sa réalisation constitue un défi de taille pour les réalisateurs; mais certains d’entre eux atteignent ce nirvana.  

 

L’univers dans lequel baignent les cinéastes oscille entre deux pôles majeurs : le cinéma d’auteur et le cinéma grand public. Chacun se classe à travers les zones d’ombres de ces deux extrémités. Au centre, vous l’avez deviné, se trouvent les films détenant le meilleur des deux mondes. Babine et l’Enfant prodige représentent deux bons exemples.

 

Le comédien Luc Picard, qui joue dans de nombreuses productions d’auteur, décida, en 2005, de réaliser son propre film d’auteur : l’Audition. Son deuxième, Babine  (2008), est représentatif de l’ambition d’un cinéaste qui essaie de joindre cette périlleuse voie. Il a réalisé Babine comme un film d’auteur, mais avec un scénario et des dialogues de Fred Pellerin; le conteur émérite. Voilà un facteur digne d’intérêt qui possède la capacité de joindre un large auditoire. Si vous ajoutez des comédiens populaires comme Antoine Bertrand (Les Bougons), Alexis Martin (un 32 août sur Terre) et Luc Picard, vous obtenez une superproduction qui attire un auditoire étendu grâce à son sujet prisé et ses acteurs de renom.

 

enfantprodige poster fr resized W140 H207 0 

 

L’enfant prodige, une création de Luc Dionne, nous donne un bel exemple d’un second film qui a tenté de joindre la voie du milieu. Un film sur un pianiste de musique classique a peu de chance de plaire à un vaste public de jeunes adultes. Mais, si l’histoire raconte la vie d’André Mathieu, un-pianiste-québécois-mort-dans-l’oubli-et-la-déchéance, le thème devient déjà plus porteur. La présence de Patrick Drolet (De père en flic), de Marc Labrèche et de Macha Grenon apporte un intérêt motivateur supplémentaire au public plus jeune qui se sent inclus dans le public cible; tandis que le public plus âgé qui connaît déjà le Mozart Canadien se sent interpellé par le sujet du film. Voilà une autre manière de réunir un auditoire plus étendu.

 

Source : Coffret DVD Cinéma Québécois

 

 

Commenter cet article

À propos

Portfolio du rédacteur/ rédacteur web de Alexandre Boulet, Lieu : Montréal, Québec.