Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Baltëne ou l’amour grandeur nature partie 3

 © Copyright, Alexandre Boulet, 2009-2010 Tous droits réservés. 

partie 2 ici

 

 

Voici la troisième partie de l’histoire  de Baltëne.  Il y a des matins, incertains...

 

foryourdreams.jpg

 

10 h 30

        Au matin, tous les participants sont réunis au lieu des festivités. Assis à la

table communautaire, ils attendent avec impatience la venue du meneur de

jeu. Hugo cherche du coin de l’œil Béatrice qui ne semble pas présente.

Des sons de cloche proviennent de l’église d’accueil : Clong  ♫ clong ♬ clong ♩♩

— Oyez ! Oyez ! Bienvenue au monde merveilleux de Baltëne. Je suis le

meneur de jeu et je suis ici pour vous faire part de la mission de cette fin de

semaine. Voici les allégations recueillies du roi des elfes tenant des propos

vengeurs contre les ogres. Le meneur de jeu avance d’un pas et déroule un

long parchemin. 
Il se râcle la gorge et commence le récit.


-  Ces barbares, ces monstres qui sont venus de contrée éloignée ne rendent

aucun respect à la nature qu’ils détruisent sans remords. Ils ont coupé une

vaste majorité des arbres de la forêt Poca draiocht 
(la forêt des secrets) pour

construire leur hutte sordide sur nos terrains ancestraux et nous narguent

chaque soir en allumant des feux de joie. Ce comportement est inacceptable.

En tant que protecteur et esprit 
de la nature, nous devons les chasser une fois

pour toutes et reprendre possession de notre terre ancestrale. 

 

Le meneur de jeu roule le parchemin et recule. Son acolyte souffle 
alors dans

une grande corne qu’il tient à sa bouche. Un son grave et lourd en sort, comme

une plainte déclarant la guerre aux ennemis, en marquant ainsi le début de

l’aventure. Hugo regarde les autres joueurs se rassembler en clans et se diriger

vers leur campement. Hugo décide de se diriger avec le groupe des ogres qui

se rendent à leurs huttes. 
Au loin, un visage familier remarque Hugo qui

marche vers le clan des ogres.

— Hugo ! Désolé mon vieux. J’ai dû faire des heures supplémentaires. Je suis

rentré chez moi tard hier soir. J’étais trop fatigué, alors j’ai décidé de partir en

début de matinée. J’espère que mon absence ne t’a pas causé d’ennuis.

— Sylvain ! Devine quoi ? J’ai rencontré une fille ! Elle s’appelle Béatrice et elle

incarne un elfe.

— Béatrice ? Je la connais bien, une femme, hum, charmante si je peux dire.

— Je veux dire qu’elle est venue se présenter à moi et l’on a passé la soirée

ensemble.

— Béatrice est une femme sociable et attachante. Je suis bien content que tu

l’aies rencontrée. Elle a pu t’accueillir et te présenter au groupe puisqu’elle joue

depuis longtemps. Je vois même qu’elle a profité de votre rencontre pour

marquer son territoire ! (rire)

— Marquer son territoire ? Que veux-tu dire ?

— Quoi ? Tu l’ignores ? En te jouant dans les cheveux, elle a placé une bille

verte dans un des quelques « dreads » qu’elle t’a tressés. Sylvain s’esclaffe

 — Attention à elle ! elle devient une redoutable ennemie lorsqu’elle joue !

— Une bille ? Je ne l’avais pas remarquée ? Je pense qu’elle m’aime. Assise

autour du feu de camp, elle s’est collée contre moi. Avant d’aller se coucher, on

s’est donné un long câlin.

— Bah !  Hugo, Béatrice aime être affectueuse avec les autres. Probable qu’elle

a voulu te mettre à l’aise ou c’est peut-être une tactique pour te vaincre lors

d’un affrontement ! (rire)

 

Hugo n’aime pas cette plaisanterie. Il sent comme un pincement au cœur et

une boule se former dans la gorge. Le sentiment de bonheur qu’il éprouvait

cède sa place à un vide immense, comme s’il venait de se faire déposséder de

son âme. Hugo continue à marcher comme un zombie vers le territoire des

ogres en ressassant sans cesse les évènements qui se sont passés hier.


***


Hugo arrive au camp des Ogres et admire les installations pendant que Sylvain

lui décrit et lui présente l’endroit.

- Notre région s’appelle Grundmhor. Elle représente l’ancêtre de tous les ogres.

Nous avons migré de ce lieu dû au manque de nourriture dans notre Ancien

Monde. Voici notre hutte.

 

Hugo regarde son repaire. Des billots de bois positionnés à égale largeur

forment un cylindre vertical. L’espace entre les billots forme des fenêtres

recouvertes d’une fine matière textile qui filtre la lumière. Au centre se trouve

un foyer où une braise crépite et émet une bonne quantité de fumée. Des

torches, allumées le soir par les ogres, sont plantées au sol autour de leur

repaire. À L’extérieur, près de l’entrée, d’étranges symboles ressemblent à des

runes gravées sur de grosses roches. Un drapeau orne des têtes de mort et

des dessins primitifs de victoires guerrières.

 

Pendant que certains joueurs s’occupent à ramasser du bois pour le feu,

d’autres s’échangent des opinions sur le but de l’aventure. Sylvain apprend à

Hugo les rudiments du combat corps à corps. Quelques heures passent et

l’après-midi avance sans évènements majeurs. Mais un conflit qui troublera la

paix pour longtemps se profile à l’horizon.

 

vers partie 4 

 

À propos

Portfolio du rédacteur/ rédacteur web de Alexandre Boulet, Lieu : Montréal, Québec.