Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Baltëne ou l'amour grandeur nature partie 4

vers partie 3 

 

Un affrontement se prépare

et Hugo voyage à travers le réel et l’imaginaire.

 

© Copyright Alexandre Boulet, 2009 Tous droits réservés. 

 poste-de-garde.jpg

 

 Postés du haut de grande tourelle dans leur poste de garde, des ogres

surveillent les environs. Tout paraît calme quand un des gardes scrute

l’horizon et remarque, au loin, de petits êtres qui marchent dans la forêt.

-  Petit être ennemi de nous ! Ses elfes, mourir par nos mains.

 

Les gardes sonnent l’alerte. Ils soufflent trois fois dans de grossières cornes

symbolisant une attaque imminente. Au campement, Sylvain
 et Hugo se

regardent dans les yeux, arborent un grand sourire de satisfaction et

s’exclament : « enfin, de l’action ! » 
Les Ogres se préparent pour l’attaque et

prennent leur grande masse.

 

Les elfes, rapides, traversent les postes de garde et arrivent dans le

campement des ogres. Sylvain engage le combat le premier en s’occupant

des premiers ennemis à l’entrée de leur campement. 
Ces derniers,  armés

d’arc et certains, d’épée, foncent vers le camp des ogres. La bataille se met en

branle et devient vite intense. Dans la mêlée se trouve Béatrice, armée de son

glaive et de son arc sur son dos. Tandis que la bataille fait rage, Béatrice

continue à avancer vers le campement des ogres pour essayer de voler leur

drapeau et gagner la lutte. Elle arrive à proximité de la hutte des ogres en

cherchant le drapeau. Hugo la voit et décide de lui bloquer le chemin. Il se

dresse devant l’elfe, prêt à la frapper de son immense massue qu’il tient à bout

portant.

 

Au moment de porter le coup, Hugo réalise que Béatrice se tient devant lui et

se sent incapable de lever la main sur elle. Le personnage d’elfe qu’incarne

Béatrice le fascine. Béatrice possède cette aura de pureté et de beauté qui le

laisse perplexe. Il remarque qu’elle est coiffée d’une couronne de feuilles qui

repose sur sa tête. Béatrice profite de ce moment pour sortir ses fléchettes à

venin et vise les mains de Hugo pour qu’il lâche son arme. Les deux fléchettes

font mouche et Hugo est touché.

 

Hugo, surpris de voir deux fléchettes en styromousse se coller sur ses mains,

doit s’avouer vaincu lorsqu’il lit sur ces dernières, le mot poison. Il lâche sa

massue qui tombe au sol avant de s’effondrer dans l’herbe. Béatrice en profite

pour faire tomber le drapeau des Ogres en signalant la victoire des elfes sur les

ogres. Les elfes s’enfuient en reprenant le sentier et se faufilent dans la forêt.

Un moment plus tard, ils ont disparu.

Hugo se relève. Il remarque que les fléchettes de Béatrice sont encore collées

dans ses mains. Il les arrache et les laisse tomber à terre. 
Les autres ogres

restent plantés devant leur campement, surpris de la tournure des évènements.

Sylvain est le premier à prendre la parole.

 

— Je n’avais vraiment pas prévu que la bataille prenne fin de cette façon. Hugo

tu la laisses filer sans te battre ?

— Béatrice a été plus rapide que moi. Pendant que j’étais déconcentré, elle m’a

tiré deux fléchettes sur les mains. J’ai vu qu’elles étaient empoisonnées alors je

me suis dit que je devais être mort…

— Les elfes nous déconcentrent avec leur accoutrement. C’est une de leurs

principales défenses. Mais il ne faut pas se  laisser prendre à leur jeu. Les

fléchettes empoisonnées prennent du temps avant de faire effet, surtout chez

un ogre ! Le poison n’est pas automatique et il n’est pas mortel. Tu avais le

temps de porter le coup. Mais bon, maintenant c’est trop tard, ils sont partis

avec notre drapeau…

 

Le chef de clan regarde la scène de loin. Il remarque que deux ogres tiennent

des propos hors jeu. 
Il doit s’assurer que les joueurs continuent à invoquer leur

personnage. Il décide de s’avancer près de Hugo et le fixe du regard, avant de

prendre la parole.

— Toi, punition. Aller chercher pierre magique pour soigner tribus. Rivière du

dieu inconnu, ton but. Dans rivière Lus Leigeach (la rivière de la guérison

permanente) à côté de Puca Draiocht (la forêt de la petite magie cachée) tu

trouveras pierre pour te repentir, va !

***

— La rivière Lus Leigeach, tu parles d’un nom ! Je suis sûr que ce n’est même

pas une vraie rivière. C’est géographiquement impossible ! C’est au plus un

ruisseau. Je commence à trouver cette aventure insignifiante. Je viens ici pour

m’amuser et pour vivre dans la nature et voilà qu’une Béatrice s’amuse à me

manipuler pour qu’elle puisse gagner la bataille par la suite. Bien sûr, ensuite

on me punit parce que je suis incapable de me battre ! Si je ne l’avais pas

rencontrée hier, je l’aurais frappée sur un vrai temps. Je ne saurais pas obligé

d’aller chercher des roches insignifiantes à l’autre bout du monde. Il soupire.

***

Hugo marche d’un pas rapide sur le sentier. Il marche sans remarquer toute la

beauté que le soleil fait naître sur les feuilles et les fleurs qui se trouvent à côté

de lui. Après plusieurs dizaines de minutes de marche, Hugo se trouve devant

un embranchement. Un panneau indicateur en bois est planté au centre et

indique la nature des deux chemins.

 

— À droite pour la rivière Lus Leigeach, à gauche pour la forêt Puca Draiocht.


Bon, je dois tourner à droite. Ha ! Là je comprends. Même si c’est un ruisseau,

on imagine que c’est une rivière. Je dois incarner mon personnage pour mieux

pénétrer dans le jeu. Je dois devenir le personnage…

 

Vers partie 5

 

À propos

Portfolio du rédacteur/ rédacteur web de Alexandre Boulet, Lieu : Montréal, Québec.