Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Baltëne ou l’amour grandeur nature partie 5

 

Une trêve durant la guerre, grâce à l’amour

 

© Copyright, Alexandre Boulet, tous droits réservé 2010

partie 4


Baltëne partie 5

 

Hugo arrive au bord du ruisseau. Il commence à chercher les pierres magiques

de guérison. Tandis qu’Hugo plonge son regard dans l’eau transparente, il

remarque que le soleil se reflète sur l’eau en laissant son empreinte dorée à la

surface. Une brise légère lui caresse le visage et lui permet d’oublier cette

défaite et sa frustration. Agenouillé au bord du ruisseau, Hugo voit une lumière

rouge scintiller dans l’eau. Il plonge sa main dans l’eau pure du ruisseau en

direction de la lumière rouge. En ressortant sa main, il tient une pierre rouge.

— J’ai trouvé une pierre magique youppi ! Des pierres qui guérissent, hein ?

C’est vrai ! Je me sens déjà mieux.

Hugo demeure assis près du ruisseau un moment pour profiter de cette paix.

 

Mais ce moment est de courte durée, car il aperçoit une étrange silhouette

humaine se reflétant dans l’eau qui semble venir vers lui. Hugo ne fait ni une

ni deux. Il se relève, se retourne en direction de l’inconnu et se prépare à

attaquer. Il découvre que  Béatrice  se tient debout en arrière de lui.

 

— Petite démone des bois doit mourir. Moi te tuer pour vengeance. Toi battue

moi colère !

Il s’avance vers elle massue à la main.

Béatrice, très surprise de la réaction de Hugo, se met à courir. Tandis que Hugo

arrive sur elle, elle lui administre une jambette. Hugo tombe à la renverse et se

retrouve à nouveau, abasourdi dans l’herbe folle. Béatrice le regarde de haut.

— Voyons Hugo, qu’est-ce qui te prend ? On n’est pas en train de se battre là…

— Je pensais que tu voulais m’attaquer. Je me trouvais dans une situation de

précarité, j’ai foncé, voilà tout.

— Je suis venu chercher des herbes magiques pour soigner les troupes de mon

roi. Jamais je ne t’aurais attaqué seul. Tu incarnes un ogre et j’incarne un elfe…

J’aurais préféré fuir puisque tu es plus fort que moi. Mais je me suis dit : il est

seul, je peux aller lui parler hors-jeu. Tu m’as surprise en voulant m’attaquer !

Puis est-ce que tu t’amuses bien ?

— Bien à part avoir eu l’air fou devant tout le monde pendant le combat,

l’aventure n’est pas si pire…

— Avoir l’air fou ? Tu personnifies un ogre, les ogres sont un peu idiots. Tu n’as

pas choisi la race de l’intelligence, garantie (rire) ! Tu es tombé bien vite après

que j’ai injecté le venin dans tes mains. Les autres joueurs ignorent souvent

qu’ils sont empoisonnés et tombent seulement après plusieurs minutes ou

même après le combat.

— J’ignorais comment réagir. Plusieurs membres de mon clan m’ont dit que

j’aurais dû te toucher même après avoir été empoisonné. Un de mes amis m’a

dit que tu essayais de me charmer pour me battre lors d’un affrontement.

— Quoi ?  Quel joueur t’a mentionné pareil mensonge ! Si je suis venu te voir,

hier soir, c’est seulement parce que tu m’apparaissais sympathique, rien de

plus. Mon personnage aime charmer. C’est sûr, c’est un elfe… Être séduisante

c’est une de ses armes, mais je n’ai jamais eu l’intention de…

 

Pendant que Béatrice lui parle, Hugo l’ignore. Il commence à en avoir assez de

cette histoire de personnage qu’elle incarne ou non, à loisir. Elle semble

toujours tirer avantage de la situation pour être inatteignable, intouchable.

- Tu évites ma question. Étais-tu toi-même lorsque tu me jouais dans les

cheveux ou est-ce que tu jouais à incarner ton personnage pour me

manipuler ?

Surprise et déçue qu’Hugo ne croie plus à ses sentiments pourtant très sincères

le soir de leur rencontre, elle décide de le regarder intensément dans les yeux.

Elle s’approche de lui et le serre dans ses bras. Hugo accepte son étreinte et se

met à jouer dans ses cheveux.

 

Béatrice profite de ce moment pour lui chuchoter à l’oreille.

- J’étais très sincère hier soir. Je ne voulais pas jouer de personnage. Je me

suis sentie encore plus moi-même dans tes bras que je ne l’ai jamais été

depuis des années. Ta chaleur m’empêchait de vouloir être quelqu’un d’autre.

Je voulais simplement être moi dans tes bras. Hugo la regarde et l’embrasse.

Un long baiser passionné dévore leurs corps qui s’entortillent et se

communiquent leurs désirs. Ils restent un très long moment dans cette position

avant de se séparer.

- Je dois revenir au camp des ogres et apporter ces pierres magiques à mon

chef de clan.

- Moi je vais continuer à chercher des herbes médicinales, on se revoit ce soir,

chéri ?

- Oui ! Près du feu, après le banquet !

Hugo fait  un clin d’œil à Béatrice avant de s’engager sur le sentier qui le mène

à son campement. 

 

En marchant, il remarque que le soleil se couche et donne au ciel une jolie

couleur d’orangé profond sillonné de violet et d’indigo. Il se dit que la soirée

s’annonce très prometteuse lorsqu’il entend des cris.

- À l’aide ! Des monstres ! Goutez de la pointe de mon sabre, sales monstres.

Ils sont trop nombreux !

Hugo entend les cris de détresse de Béatrice et comprend, alors, que Béatrice

se trouve en danger. Il se met à courir en direction de la rivière, mais lorsqu’il

arrive, Béatrice a disparu. Au loin, il semble entrevoir une multitude de torches

allumées.

— D’autres joueurs ? Un autre clan existe ?

 

vers partie 6

 

À propos

Portfolio du rédacteur/ rédacteur web de Alexandre Boulet, Lieu : Montréal, Québec.